IMAGE D'HOMME Coiffeur, Barbier, Soin du cuir chevelu, Traitement Antichute, Chevelures de remplaçement
Home » Chute de cheveux

Chute de cheveux

Pourquoi la chute ????

 
Effluvium ou alopécie – telle est la question…

En matière de chute de cheveux, il est d’abord judicieux de faire la distinction entre effluvium et alopécie. Le terme latin effluvium peut être traduit par « défaillance », et il désigne en fait tout simplement une chute de cheveux nettement supérieure à la moyenne. Quant à savoir quel nombre de cheveux peut être considéré comme supérieur à la moyenne, cela fait l’objet de controverses. La perte de cheveux est par contre appelée alopécie (alopecia) quand l’épaisseur de la chevelure diminue de manière très visible sur la tête. Soit la chevelure se dégarnit nettement dans son ensemble, soit la perte de cheveux se concentre sur une ou plusieurs zones précises, ce jusqu’à une calvitie totale.

De ce fait, il existe donc différents types de chute de cheveux. Je me limiterai ici aux trois types les plus fréquents et renoncerai à aborder le traitement des formes particulières plus rares telles que l’alopecie seborrhoica (alopécie dite séborrhéique) – c’est à dire une chute de cheveux accompagnée d’hypersécrétion de sébum – ou bien l’alopecie muciosa ainsi que l’alopecie parvimaculata, pour lesquelles la chute des cheveux est provoquée par une mucinose, c’est à dire par une infection.

Chute de cheveux androgénique – c’est la faute des parents !

En cas de chute de cheveux androgénique = appelée aussi alopecia androgenetica, alopécie androgénétique ou chute de cheveux androgénétique – on peut remercier les parents (et éventuellement, eux-mêmes remercier les leurs). Cette forme de perte de cheveux est en effet héréditaire, c’est-à-dire liée à des facteurs génétiques. À y regarder de plus près, il s’agit plus exactement de la conjugaison de deux facteurs: tout d’abord un taux particulièrement élevé de dihydrotestostérone (DHT) dans le cuir chevelu, et puis aussi une hypersensibilité héréditaire à cette testostérone. La conséquence est que la phase de croissance des cheveux est nettement raccourcie. Du fait que les cheveux dans la région de la nuque ainsi que sur l’arrière du crâne sont relativement insensibles à la DHT, c’est principalement le devant de la tête qui est touché. La calvitie frontale, ou bien des golfes temporaux dégarnis sont des exemples typiques d’alopécie androgénique.

Chute de cheveux diffuse – causes diverses

Si la chute de cheveux affecte toute la tête, on parle de perte de cheveux diffuse. Pour ce diagnostic, on utilise également des termes comme effluvium télogène ou alopécie diffuse. Du fait que les causes sont multiples, et vont du stress, en passant par les maladies de la thyroïde ou les infections, il n’existe pas de méthode unique de diagnostic. Ce sont les femmes qui sont le plus souvent touchées par ce phénomène.

Alopécie circulaire – largement répandue

Rien qu’en France, on compte des milliers de personnes souffrant de chute de cheveux circulaire : l’ampleur du phénomène est un nombre à 7 chiffres… Et c’est ce que les médecins appellent alopecia aerata, alopecia circumscripta ou aerata celsis. Du point de vue optique, cela se manifeste par l’apparition de zones circulaires dégarnies au niveau de la tête, mais parfois aussi au niveau de la barbe, et très rarement d’autres zones pileuses du corps. Les scientifiques sont divisés en ce qui concerne les causes possibles. Le plus vraisemblable est qu’il s’agisse d’une réponse erronée des cellules immunitaires du corps qui est provoquée ou renforcée par le stress.

Les causes les plus fréquentes ......

Les causes de la chute de cheveux

Une perte de cheveux peut avoir de nombreuses causes

Il n’est jamais agréable de perdre ses cheveux de manière excessive. La chute des cheveux peut avoir de nombreuses causes très diverses, il n’y a donc malheureusement pas de recette miracle valable pour tous les cas. C’est pourquoi il est important – de préférence avec l’aide du médecin – de déterminer les causes exactes de la chute de cheveux. La plupart du temps, un des facteurs suivants sera responsable de la perte de cheveux.

La plupart du temps, ce sont les gènes qui sont responsables

D’après les experts, la perte des cheveux a dans la plupart des cas une cause génétique. Elle est alors qualifiée de perte de cheveux androgéniqque, alopecia androgenetica ou alopécie androgénétique. À y regarder de plus près, il s’agit plus exactement de la conjugaison des deux facteurs suivants: tout d’abord une hypersensibilité héréditaire à certaines hormones sexuelles, et puis aussi une concentration minimale de ces dits androgènes dans le cuir chevelu. En raison de cette prédisposition génétique, la testostérone -  l’hormone sexuelle masculine – est transformée en dihydrotestostérone (DHT). La DHT est responsable du fait que la phase de croissance des cheveux est raccourcie, et que la repousse des cheveux est plutôt maigre. L’alopécie androgénique se caractérise chez les hommes par des golfes frontaux dégarnis, qui s’élargiront peu à peu jusqu’à ce que le front soit complètement dégarni.

Quand le système immunitaire se dérègle

La perte de cheveux dite circulaire, appelée aussi alopecia aerata ou alopecia circumscripta, est généralement moins connue. Cependant et rien qu’en France, plus d’un million de personnes souffrent de cette maladie à caractère inflammatoire, et qui entraîne la chute de cheveux. Les personnes concernées se reconnaissent aux zones circulaires glabres qui se forment principalement sur la tête. Les experts sont presque unanimes à penser qu’un dysfonctionnement du système immunitaire est à l’origine de cette affection. Celui-ci s’attaque par erreur aux propres cheveux, provoquant ainsi leur rejet.

Même les cheveux sont soumis au stress

Un stress excessif peut non seulement entraîner des maladies, mais également la chute des cheveux. La part de vérité de cette assertion est encore en partie contestée en ce qui concerne l’alopécie aerata, bien que quelques études révèlent un rapport entre la perte de cheveux circulaire et le stress. En revanche, il est largement admis comme certain que la perte de cheveux diffuse (effluvium télogène) peut être provoquée et intensifiée par un stress important.

Les cheveux tombent en cas de carences en nutriments

Dans la nature, les nutrimentts conditionnent la croissance pratiquement dans tous les domaines. Les cheveux ne font pas exception à la règle. Ils ont besoin non seulement de vitamines – principalement celles du groupe B -, mais aussi d’oligo-éléments et d’acides aminés. Ces acides aminés sont l’arginine, la glutamine ou la cystéine. Lorsque certains de ces nutriments ne sont pas disponibles ou du moins pas en quantité suffisante, cela peut entraîner une perte de cheveux. Un cas typique est par exemple la chute de cheveux liée à une carence en biotine – connue également comme vitamine B7 ou vitamine H – ou bien une carence en zinc – qui est un oligo-élément. Les causes sont généralement liées aux régimes alimentaires, mais aussi à une alimentation par trop unilatérale.

La chute de cheveux, symptôme de maladie

Une perte de cheveux soudaine peut aussi être un indice de maladie. Il y a tellement de maladies susceptibles d’entraîner une chute de cheveux qu’il est difficile d’en dresser une liste exhaustive. Une perte de cheveux soudaine peut survenir brutalement en cas d’infection (alopecia parvimaculata ou alopecia symptomatica). Citons par exemple les furoncles, le zona et l’érysipèle. Ou bien aussi la mucinose (alopecia muciosa), la syphilis (alopecia specifia), les maladies métaboliques ou les dysfonctionnements de la thyroïde. C’est justement parce qu’une chute de cheveux excessive peut être un signe de maladie grave, qu’il est toujours conseillé de consulter un médecin le plus tôt possible.

La chute de cheveux en tant qu’effet secondaire de médicaments

Parfois, ce n’est pas la maladie elle-même qui est responsable de la chute excessive des cheveux, mais son traitement. Cela concerne en particulier certaines thérapies anticancéreuses, les traitements au travers de médicaments pour la thyroïde, ou bien les médicaments anticoagulants. Chez la femme, la pilule contraceptive – surtout en cas de changement de pilule – peut entraîner une chute de cheveux supérieure à la normale.

Touché par la chute oui mais qui ?

Qui est le plus fréquemment touché par la chute de cheveux ?

Beaucoup de personnes perdent leurs cheveux

Une perte excessive de cheveux peut avoir de très nombreuses causes. C’est aussi ce qui explique la diversité des personnes qui en sont atteintes. Cependant quelques groupes d’individus sont plus fréquemment touchés et plus fortement menacés que d’autres.

Les hommes souffrent plus souvent de chute de cheveux que les femmes

Quand on examine les différentes formes d’alopécie, on s’aperçoit que les hommes et les femmes en sont atteints de manière différente : par exemple les hommes souffrent nettement plus souvent de chute de cheveux d’origine génétique (« alopécie androgénétiquee« ). Par contre la chute de cheveux diffuse (« alopécie diffuse »") survient plus fréquemment chez les femmes. Globalement, c’est chez le « sexe fort » que la chute de cheveux est la plus répandue. Cela vient du fait que la chute de cheveux androgène est de loin la forme de chute de cheveux la plus fréquente. Les chiffres obtenus de sources diverses oscillent quelque peu. On peut néanmoins affirmer qu’au moins deux hommes sur cinq souffrent de chute des cheveux, tandis que les femmes sont elles aussi concernées à un taux d’environ 30%.

La perte de cheveux est plus largement répandue chez les personnes âgées

La chute des cheveux ne survient pas seulement à un âge avancé. Il y a même des bébés qui perdent déjà des cheveux. Mais tandis qu’ils sont bien vite remplacés chez les nourrissons, les cheveux ne repoussent plus à un âge avancé, ou alors de manière seulement très limitée. L’âge est effectivement considéré comme un facteur typique de perte de cheveux. La chute normale de cheveux chez les personnes âgées est aussi appelée « alopecia senilis ». Cette alopécie est liée non seulement à la limitation de la longévité des racines capillaires, mais aussi et de façon plus globale au vieillissement cellulaire et à l’affaiblissement de la capacité de régénération. Chez les femmes, le risque d’alopécie augmente de façon très nette avec l’arrivée de la ménopause, et les changements de l’équilibre hormonal qui y sont liés.

 

Une mauvaise alimentation met la chevelure en danger

Une alimentation unilatérale constitue aussi un risque assez important de chute excessive des cheveux. C’est pourquoi il est très courant que les personnes suivant un régime strict perdent leurs cheveux dans des proportions anormales. En effet, ces personnes ne veillent pas à donner à leur organisme les nutriments nécessaires à son bon fonctionnement – par exemple au moyen de compléments alimentairess adaptés. Des études permettent de conclure que les personnes principalement menacées sont celles qui absorbent moins de 1000 calories par jour, et en particulier peu de protéines.

Les cheveux ont eux aussi besoin d’un apport constant en vitamines, acides aminés et oligoéléments. La vitamine B, appelée aussi biotinee ou vitamine H, joue par exemple un rôle important. Car une carence en biotine est souvent la cause directe de la chute des cheveux. Des études prouvent en outre que la chute des cheveux peut aussi survenir lorsque des oligoéléments comme le fer et le zinc ne sont pas présents en quantité suffisante dans l’organisme. Le fer étant surtout présents dans les produits à base de viande, les végétariens sont particulièrement menacés par les phénomènes de carence.

Les personnes stressées souffrent plus souvent de chute de cheveux

De nombreuses études permettent de conclure que le stress aggrave ou même provoque la chute des cheveux. Il existe un risque que les phases de croissance du cheveu se raccourcissent, encouragent ainsi une inflammation des racines capillaires. Le fait que le stress puisse provoquer une chute de cheveux circulaire (« alopecia aerata ») est sujet à controverse. Par contre, on peut affirmer avec grande certitude qu’il déclenche dans beaucoup de cas la chute de cheveux diffuse (« effluvium télogène »).

Les personnes malades sont plus fortement sujettes à la chute des cheveux

La chute des cheveux est un symptôme concomitant typique de toute une liste de maladies. En particulier les infections provoquent volontiers la chute de cheveux (« alopeca symptomatica »). Le zona, l’érysipèle ainsi que les furoncles en sont des exemples typiques. Mais cela peut aussi être la conséquence de maladies de la thyroïde, de la syphilis ou de dépressions. Sont également menacées les personnes qui souffrent d’anorexie ou de boulimie, en raison de l’apport insuffisant en nutriments. En outre, le traitement de certaines maladies conduit dans certains cas à l’alopécie. Cela s’applique tout particulièrement aux anticoagulants, aux bêtabloquants, aux médicaments pour la thyroïde ainsi qu’aux traitements anticancéreux. De plus, certains médicaments contenant de la progestérone, comme par exemple la pilule contraceptive, ont un effet négatif chez les femmes. Cela n’est guère surprenant quand on considère que cette hormone sexuelle féminine est également présente dans des médicaments utilisés pour combattre une pilosité corporelle excessive.

[an error occurred while processing this directive]